Accueil

Définitions et sources importantes

Les cartes historiques de l’Î.-P.-É. sont disponibles dans toute une variété de grandeurs; quelques-unes étaient imprimées dans une formule normalisée et plusieurs doivent être entreposées dans des collections destinées aux documents en dehors des dimensions normales. Il n’y avait pas de format standard et la variété d’information disponible sur les documents est à la fois impressionnante et porte à confusion. Il est également difficile de catégoriser les différentes sortes de cartes historiques. On fait une distinction plus simple en séparant les cartes de référence générale, où l’on peut répondre « où est quoi », et les cartes thématiques qui furent créées pour répondre aux questions de quantité et de valeur par rapport à l’espace. Les deux formats sont utiles pour déterminer les changements au paysage, mais les cartes thématiques sont les meilleures façons de comprendre l’utilisation des terrains. Les cartes thématiques peuvent inclure des cartes de routes et les lignes de navigation, la densité de la population, les engagements militaires, les ressources naturelles, ou les plans cadastraux qui désignent les frontières entre les propriétés.

Dans le cas de l’Î.-P.-É., ce qui va déterminer si une source est importante va dépendre des questions qui sont posées. Quelques excellents exemples de cartes hautement détaillées sont affichés ci-dessous; tous les documents originaux peuvent être accédés à Musée et patrimoine Île-du-Prince-Édouard.

  • "A Map of the Island of St. John in the Gulf of St. Lawrence Divided Into Counties and Parishes and the Lots as Granted by Government to Which Are Added the Soundings Round the Coast and Harbours, Improved from the Late Survey of Captain Holland (1775).” Thomas Jeffreys, graveur.

  • “Prince Edward Island, Divided Into Counties & Parishes, With the Lots, As Granted By Government. Exhibiting All the New Settlements, Roads, Mills, &c. (1798),” H. A. Ashby.

+ La carte d’Ashby comprend toutes les mesures de sondage des rivières et des côtes, la grille des transports et l’emplacement et description des moulins et habitations. Notez que Jeffreys et Ashby ont calculé les arpents pour chaque lot et le total pour chaque comté, une indication qu’on apportait une importance particulière sur le nouveau système de colonisation.

  • "Prince Edward Island in the Gulf of St. Lawrence. Compiled from the Latest Surveys.” H. J. Cundall, arpenteur, agent des terres et photographe. Gravure. (Charlottetown : George T. Haszard, 1851).

  • "Topographical Map of Prince Edward Island in the Gulf of the St. Lawrence (from actual Surveys at the late coast survey of Capt. H. W. Bayfield. » (Saint-Jean, Nouveau-Brunswick : W. C. and H. H. Baker, 1863).

  • Illustrated Historical Atlas of the Province of Prince Edward Island (Toronto : J. H. Meacham & Co., 1880).

+ Les caractéristiques démontrés dans cet atlas comprend les chemins et les noms des chemins; l’hydrologie telle que les traits de côtes, les rivières, les ruisseaux ; les noms des rivières ; la mesure des profondeurs ; les marais ; la toponymie (noms des villages, cantons, etc.) ; édifices principaux comme des maisons (résidence primaire), moulins et quais ; noms et parfois des croquis de commerces et de bâtiments communautaires ; noms de bureaux de poste ; noms de propriétaires ; et la taille des parcelles de terrain.

+ De plus, The Meacham Companion est un livre de référence qui peut facilement être lié (peut-être sur ce site éventuellement) à des secteurs sur la grille et être examiné pour les surnoms qui apparaissent sur les lots de l’Î.-P.-É. (Enman).

  • Atlas of Province of Prince Edward Island, Canada and the World, 1927. (Toronto: Cummins Map Company, 1928)

+ Semblable au Illustrated Atlas de Meacham, l’Atlas de Cummins publiait les noms et les limites territoriales pour chaque propriétaire dans les communautés rurales de l’Î.-P.-É. Ce livre comprend aussi un répertoire postal en ordre alphabétique pour chaque lot, mais les maisons privées et les lieux de résidence ne sont pas indiqués sur les cartes.

D’autres genres de cartes historiques disponibles pour l’Î.-P.-É. comprennent des cartes électorales et de recensement, des cartes de vue en plan, des cartes d’assurance-incendie, les levés géologiques et cartes de ressources naturelles créées à partir de photographies aériennes et d’autres formes de télédétection. Les documents que les insulaires créaient pour décrire leur vision des paysages pouvaient aller d’une description personnelle à des cartes générées par des levés systématiques tels que des cartes de vue en plan. Depuis les années 1930, les gouvernements et autres groupes concernés ont utilisé la télédétection, ou encore des données recueillies à partir d’images telles que des photographies aériennes ou des images satellite, afin de créer des inventaires détaillés des ressources de l’Île et de ses caractéristiques topographiques. Dans les centres urbains, les cartes de vue en plan et cartes d’assurance-incendie ont été particulièrement pratiques pour explorer le paysage naturel et bâti, cependant, tout comme les cartes historiques, il est mieux de combiner ces découvertes avec d’autres sources (Boylan).